Back to school : ma reconversion en diététique

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler un peu de moi ici. Parce que derrière les sélections de recettes et les photos plus ou moins appétissantes dans un bol rose, il y a moi : Anouck, salut.
Ma vie a été complètement chamboulée ces dernières semaines par un projet personnel directement lié a ce blog : après 8 ans de carrière comme Social Media Manager en agence de communication, j’ai décidé de tout arrêter pour reprendre mes études dans le but de devenir diététicienne.

La nutrition est un sujet qui a pris une place importante dans ma vie depuis quelques années. Je suis sportive, j’ai toujours fait attention a ce que je mangeais pour que mon corps me permette de faire de meilleures performances et aussi pour me sentir a l’aise avec lui, ce qui n’a pas toujours été facile.
Je n’ai jamais vraiment eu de problèmes de poids à proprement parler mais j’ai eu des périodes dans ma vie où j’avais pour obsession de perdre du gras dans le ventre ou les bras. Alors j’ai suivi des régimes plus ou moins sérieusement, arrêté, repris… Et je dois vous avouer que comme beaucoup de gens j’ai un rapport à la nourriture assez complexe. Manger est le plus grand plaisir possible pour moi, je choisis mes voyages par rapport à la cuisine locale, je peux aussi passer des heures a chercher le meilleur restaurant d’une ville… mais le côté moins drôle c’est que quand je suis contrariée j’ai besoin de manger n’importe quoi qui se trouve devant moi, j’ai des angoisses de manquer de nourriture et d’avoir faim, et je mange énormément en quantité, parfois jusqu’à me rendre malade. Bref la bouffe c’est ma meilleure amie et ma pire ennemie à la fois.

Et un jour j’ai eu un déclic qui a totalement changé ma manière de consommer : je suis tombée sur un reportage qui parlait du sucre contenu dans les aliments industriels. J’ai notamment appris que nous consommons aujourd’hui deux fois de plus de sucre qu’il y a 15 ans, que le sucre était potentiellement plus additif que la cocaïne et que les industriels en ajoutent partout pour nous rendre accro a leurs produits. Wow. Électrochoc. Depuis l’âme de Jean Pierre Coffe est en moi.

(Paix a ton âme Jean-Pierre, tu nous manques)

Bref, je tends depuis vers le zéro AUT (aliments ultra transformés), je passe beaucoup plus de temps en cuisine, on ne peut pas y couper, et j’ai commencé à beaucoup me documenter sur la nutrition qui a pris une part importante dans ma vie. Et comme par hasard, sans que je ne m’en rende vraiment compte, j’ai perdu 4kg, pris du muscle car j’ai aussi développé ma pratique sportive encore plus a ce moment là , et croyez le ou non, moralement je ne me suis jamais sentie aussi bien.

Parallèlement j’ai commencé a ressentir un désintérêt pour mon travail que je trouvais inutile (oui franchement 3h de réunion pour décider de la couleur d’une pub Instagram, vu l’état où se trouve la planète aujourd’hui, on devrait avoir d’autres priorités). Et même plus qu’un désintérêt, j’ai commencé a penser que je travaillais du côté de ceux qui sont à l’origine du mal. Il se trouve que la plupart de mes clients étaient des industriels de l’agroalimentaire et de la restauration. J’essaye de ne pas trop cracher dans la soupe, je me suis aussi beaucoup épanouie professionnellement dans ce métier pendant 8 ans mais c’est vrai que travailler pour des marques que je boycotte a titre personnel a commencé à me poser un sérieux cas de conscience à ce moment là.

J’ai dû beaucoup mûrir ma réflexion, ça a pris plusieurs mois, mais j’ai fini par prendre la décision de quitter mon travail pour me diriger vers le sujet qui me passionne vraiment : la nutrition.
J’ai donc intégré un BTS diététique depuis quelques semaines, c’est un énorme chamboulement dans ma vie, vous vous doutez bien que retourner a l’école quand on a 32 ans ça n’est pas simple. Mais je suis tellement guidée par ma passion que tout le reste suit naturellement. Les études sont très difficiles, on m’avait prévenue et ce n’est pas une légende. En France c’est un BTS, dans d’autres pays européens c’est un diplôme en 4 ans pour un programme similaire.
Le programme est extrêmement chargé, et les matières scientifiques pas évidentes pour moi qui ne vient pas de cette filière. Mais qu’est ce que ça fait du bien de ne pas intellectualiser pendant des heures des concepts qui ne servent absolument à rien. Maintenant je ne mobilise mon cerveau que sur des choses utiles, qui à terme aideront des gens à vivre mieux. Ça vaut vraiment tous les sacrifices.

Alors maintenant mon objectif, sur cet espace et en dehors, c’est d’acquérir un maximum de connaissances sur le sujet passionnant de la nutrition pour en faire profiter les autres. Vous, vos parents, vos enfants, vos potes. Voilà ce que j’ai réellement envie de faire de ma vie ✌🏻

1 Comment

Leave a Reply